Passer au contenu principal
Sélectionner une page
ÉVALUATIONS D’APPLICATIONS

Douleur Chronique (Révision)

Revenir à tous les sujets
Dr Stephen Pomedli
Voir le profil

Le présent document est une version mise à jour de l’examen de la douleur chronique affiché en mai 2017

La douleur chronique est une expérience complexe, dont les causes sont multiples et les symptômes varient. De nombreux facteurs et diverses modalités de traitement peuvent la soulager, l’empirer ou n’avoir aucun effet sur elle. Pour ces raisons, il est plutôt difficile de surveiller et d’atténuer la douleur [1, 2].

Les applications pour téléphone intelligent peuvent éventuellement aider à gérer la douleur chronique, par les trois principaux moyens suivants

1. le suivi des symptômes au fil du temps, qui permet d’établir des liens entre les symptômes et les facteurs atténuants ou aggravants;

2. la communication de ces renseignements à des professionnels de la santé afin d’avoir la même compréhension de la douleur ressentie et d’évaluer de futures possibilités thérapeutiques; et

3. l’obtention de renseignements pertinents et opportuns, d’un soutien, de stratégies et d’un encadrement de l’autogestion [3, 4].

Bien qu’aucune des cinq principales applications visant à gérer la douleur chronique que nous examinons ici ne soit excellente à ces trois égards, certaines d’entre elles se démarquent dans un cadre plus restreint. Manage My Pain et Chronic Pain Tracker sont des applications de suivi dignes de mention, dont les caractéristiques suffisamment approfondies et les solides fonctions de communication permettent de scruter la complexité de la douleur chronique et de la communiquer aux médecins de manière efficace, ce qui pourrait avoir un effet sur la gestion. Dans le même ordre d’idées, Pain Coach procure une mine de renseignements et diverses techniques à l’appui de l’autogestion, tandis que CatchMyPain offre un grand soutien communautaire en ligne. Chose importante, plusieurs de ces applications donnent explicitement lieu à l’échange des renseignements des utilisateurs avec des organismes de recherche ou des compagnies pharmaceutiques, ou encore comportent un élément publicitaire. Il convient donc de les recommander en ayant ces mises en garde à l’esprit. Par ailleurs, un bon nombre de ces applications supposent de communiquer les symptômes du patient par courrier électronique, ce qui s’accompagne rarement de directives claires sur l’utilisation de ce réseau éventuellement non protégé. Cela étant entendu, toutefois, ces applications peuvent quand même apporter un soutien important à certains patients – que ce soit en améliorant l’autogestion entre les visites à la clinique, en donnant un meilleur aperçu des tendances ou des liens, ou encore en aidant les médecins à comprendre la complexité de la douleur ressentie par le patient.

Applications Évaluées

CatchMyPain
3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles
Manage My Pain
3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles
Pain Coach
3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles
Chronic Pain Tracker
2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles
My Pain Diary
2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles

Chronic Pain Tracker

2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles

Parallèlement aux caractéristiques de suivi habituelles telles que les rappels quotidiens et les listes de symptômes adaptables, cette application de suivi de la douleur comprend 19 « modules » différents, qui permettent d’effectuer divers suivis comme ceux des niveaux de fatigue, de la qualité du sommeil et des situations météorologiques. Cette ampleur vise à cerner la complexité de la douleur chronique, bien que certains modules ne soient assurément pas aussi rigoureux que d’autres. Chronic Pain Tracker incite aussi à utiliser de multiples « journaux de douleur » simultanés, qui visent à retracer les éléments et les trajectoires de différents types de douleur, par exemple, à effectuer le suivi parallèle de migraines et d’une douleur au genou. Les comptes rendus sont très détaillés et font sans aucun doute la force de cette application. Ils pourraient être très utiles pour échanger des renseignements avec des fournisseurs. Les principaux inconvénients se rattachent à l’achalandage de l’interface et à l’absence de politique de confidentialité.

Évaluation de l’Application Développer Tout

Caractéristiques

+-

La caractéristique simple, mais essentielle qui distingue cette application est la possibilité d’effectuer le suivi de « jalons » tels qu’un acte médical ou un événement important de la vie, puis de générer des comptes rendus de comparaison avec les périodes qui précèdent ou suivent ce marqueur. Ces comptes rendus peuvent donner un aperçu très utile des facteurs qui influent sur les tendances caractéristiques de la douleur à long terme. La possibilité de consulter facilement les comptes rendus générés antérieurement directement au moyen de l’application est une autre caractéristique agréable. Un autre élément particulier est l’utilisation de certaines illustrations du dermatome ou de l’anatomie musculaire, afin de pouvoir « esquisser » les emplacements de la douleur dans des régions précises du corps, ce qui peut s’avérer particulièrement utile dans le cas de certaines douleurs.

Efficacité

+-

Les comptes rendus sont particulièrement utiles lorsqu’il s’agit de comprendre les douleurs chroniques complexes et de parvenir à montrer les corrélations possibles entre les divers types de symptômes consignés. Dans le même ordre d’idées, si la médication est soumise à un suivi par le patient, les comptes rendus visent à établir l’effet de la médication sur les seuils de douleur. Il n’est pas mentionné que cette application ait été élaborée conjointement avec des patients, des médecins ou d’autres professionnels de la santé.

Facilité d’Utilisation

+-

Malgré l’excellente caractéristique, l’interface est très animée et encombrée. Les couleurs vives et les « images miniatures » concurrentes donnent le sentiment qu’il y a trop de choses avec lesquelles interagir à un moment précis. L’application comprend un guide de l’utilisateur détaillé, et des tutoriels vidéo sont aussi offerts en ligne.

Confidentialité et Sécurité

+-

Aucune politique de confidentialité n’est présentée et aucune disposition ne restreint l’accès à l’application au moyen d’un mot de passe. Les comptes rendus sont envoyés par courrier électronique directement au moyen de l’application et il est possible de stocker des données sur Dropbox, quoiqu’il ne soit pas fait mention des questions de sécurité et de confidentialité qui entourent ces moyens de transmission et de stockage de données.

Fiabilité

+-

De façon générale, l’application était très fiable et l’équipe responsable du développement l’a mise à jour au cours des six derniers mois. Ce qui est préoccupant, c’est qu’à la saisie d’un éventuel symptôme « d’alerte » dans le cadre d’un module de suivi, l’application n’enjoint pas à en discuter plus amplement avec un professionnel de la santé.

Accessibilité

+-

Chronic Pain Tracker n’est offerte que pour les appareils Apple, mais elle est proposée en anglais et en français. Il est un peu raide d’avoir à débourser 13,99 $ pour obtenir sa mise à niveau à PRO, mais celle ci permet de générer des types de comptes rendus supplémentaires, de tenir de multiples journaux de douleur différents et de consigner plus de 20 enregistrements de journaux. Le guide de l’utilisateur comprend des options qui permettent d’augmenter la taille de la police afin d’assurer la lisibilité.

My Pain Diary

2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles2.5 toiles

Il s’agit d’une simple application de suivi de la douleur dont l’ensemble des caractéristiques a une portée très étroite, mais qui semble marcher plutôt bien de façon générale. L’application ne possède que quelques caractéristiques vraiment particulières – comme la création de notifications poussées personnalisées, y compris des photos accompagnées d’enregistrements, la préservation de la confidentialité de certains enregistrements au journal, ainsi que le choix de les inclure ou de les exclure des comptes rendus ou des graphiques, ce qui ne fait pas une énorme différence. Même si My Pain Diary vise à établir des liens et des corrélations entre les symptômes et d’autres tendances, y compris l’état affectif et les situations météorologiques, l’application n’atteint pas son but, du fait qu’elle n’offre ni options de suivi de la médication plus perfectionnées ni moyens d’enregistrer les autres traitements, les événements de la vie ou les facteurs de stress qui influent souvent sur la douleur chronique. Bien que l’application ne vise pas à procurer un soutien ou des connaissances précises sur la douleur, elle rate de bonnes occasions d’éduquer les utilisateurs et de préconiser l’autogestion.

Évaluation de l’Application Développer Tout

Caractéristiques

+-

L’application permet à l’utilisateur de suivre simultanément de multiples types de douleur, p. ex., la douleur occasionnée par des migraines et celle liée à la fibromyalgie. Elle permet en outre à l’utilisateur de visualiser ces tendances globalement ou individuellement. Une nouvelle caractéristique favorise le suivi des symptômes de l’humeur, comme la dépression ou l’anxiété, ce qui est utile étant donné les associations possibles avec l’intensité de la douleur. La possibilité de prévisualiser les documents pdf ou les graphiques avant de les envoyer est une caractéristique agréable si l’on veut s’assurer d’exporter les bonnes données.

Efficacité

+-

Bien que l’application ait été développée par un patient possédant une expérience concrète et approfondie de la douleur chronique, il n’est pas fait mention d’une éventuelle utilisation de directives cliniques particulières dans le cadre du développement de l’application. L’absence de suivi rigoureux de la médication et de ses effets secondaires risque de limiter l’utilité clinique des comptes rendus.

Facilité d’Utilisation

+-

L’application est relativement simple à utiliser et la séquence de mini accueil est utile au départ. La nouvelle version « Gold », offerte pour les SIB, présente un aspect et une convivialité qui comptent parmi les meilleurs au sein de ce groupe d’applications, c’est à dire une interface élégante, intuitive, qui utilise de nombreux gestes et éléments familiers à l’environnement SIB. Malheureusement, l’application Android a conservé un aspect et une interface plutôt périmés, comportant de nombreux graphiques contradictoires, ce qui donne le sentiment que l’écran est encombré la plupart du temps.

Confidentialité et Sécurité

+-

La politique de confidentialité indique explicitement que même si les données cumulatives et anonymisées sont mises à la disposition des développeurs, les données que l’utilisateur ajoute à l’application demeurent confidentielles et ne sont accessibles à personne, y compris des tiers. Il convient de souligner que l’utilisateur peut configurer un mot de passe pour restreindre l’accès à l’application.

Fiabilité

+-

La dénégation de responsabilité présentée au départ propose de communiquer avec un médecin qui aidera à établir une stratégie de suivi de la douleur. De plus, l’application est présentée et structurée expressément en vue d’échanger des renseignements avec des cliniciens. L’application a été mise à jour au cours des six derniers mois, quoique la mise à jour la plus récente ne soit disponible que sur les SIB.

Accessibilité

+-

My Pain Diary est offerte pour Android et pour Apple, mais uniquement en anglais. Le coût du téléchargement est modique, variant entre 5 $ et 7 $, quoique de nombreux utilisateurs préfèrent souvent faire l’essai des applications avant de les acheter, ce qui n’est pas possible dans ce cas ci.

CatchMyPain

3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles

La caractéristique marquante de CatchMyPain est le forum de discussion et la communauté des utilisateurs. Elle procure des conseils de la part d’autres personnes qui effectuent le suivi d’une douleur chronique, ainsi qu’un soutien, une validation et, souvent, de la camaraderie. Chose importante, ces forums semblent être plutôt actifs et bien modérés, afin que les commentaires ne s’écartent pas du sujet et demeurent respectueux et pertinents. Les caractéristiques de suivi de la douleur sont plutôt élémentaires, les comptes rendus étant probablement trop simplistes, et il n’y a pas de renseignements approuvés à l’appui de l’autogestion. Comme cette application a été élaborée en partenariat avec des compagnies pharmaceutiques, certains renseignements de profilage semblent être recueillis uniquement aux fins de leur utilisation par ces groupes, et non à l’avantage des utilisateurs. Il est important que les patients sachent comment leurs données seront utilisées par ces tiers.

Évaluation de l’Application Développer Tout

Caractéristiques

+-

En dehors des forums bien établis – dont les sujets récents sont notamment : [TRADUCTION] « La meilleure échelle de la douleur à ce jour », « Douleur fibromyalgique et migraine » et « Qu’est ce qui vous fait sourire? » –, le suivi de la douleur prévu dans cette application cible l’emplacement de la douleur, ce qui permet à l’utilisateur de dresser une « carte thermique » de la douleur sur un avatar. Chose intéressante, comme ces cartes thermiques deviennent les « profils » des utilisateurs du forum communautaire, il peut être facile de trouver des utilisateurs qui éprouvent des douleurs similaires afin de leur parler. Le journal facilite aussi le suivi de la médication; il offre une extension peu dispendieuse prévoyant l’envoi de rappels concernant les médicaments usuels, ce qui est une bonne option.

Efficacité

+-

On ne sait pas exactement si des données cliniques ont servi au développement de l’application. L’inconvénient sensible qui restreint l’utilité clinique, c’est que les éléments de suivi de la médication semblent être tout à fait coupés des fonctions de suivi de la douleur. Comme dans tout autre forum de discussion ouverte, il y a toujours lieu de s’inquiéter que ce site puisse susciter et entretenir des comportements inadaptés ou promouvoir des renseignements inexacts. Cependant, les avantages que présente le soutien offert au sein de la communauté l’emportent vraisemblablement sur les inconvénients, mais il faudrait soulever des mises en garde à ce propos.

Facilité d’Utilisation

+-

CatchMyPain prévoit une agréable séquence d’accueil, afin d’enseigner à l’utilisateur comment utiliser l’application, les étapes étant passées en revue une par une. Même sans cela, l’esthétique réduite au minimum et aérée simplifie l’utilisation à l’extrême, notamment lorsqu’il s’agit d’ajouter et de visualiser des affichages dans le forum de discussion. Certaines analyses des symptômes ne sont pas facilement accessibles au moyen de l’application et exigent de transmettre des comptes rendus par courrier électronique, ce qui est un peu contraignant.

Confidentialité et Sécurité

+-

Une politique de confidentialité est présentée dès l’ouverture de l’application. Elle indique que les données anonymes peuvent être échangées avec des patients atteints de douleurs similaires, d’autres professionnels, des chercheurs et des fabricants de produits médicaux, mais elle souligne également que l’anonymat du profil ou des données sanitaires ne peut pas être garanti. Il convient de souligner que CatchMyPain est au nombre des applications peu nombreuses qui confirment que vous êtes sur le point d’envoyer un courriel, tout en expliquant ce que le destinataire pourra visualiser. En outre, l’application permet à l’utilisateur de limiter le nombre de jours pendant lesquels le compte rendu sera visualisable, ce qui est un bon complément en matière de sécurité.

Fiabilité

+-

Il est souligné au départ dans l’application qu’elle a pour but de fournir [TRADUCTION] « des renseignements et non des conseils », quoique cette dénégation de responsabilité disparaisse après la première ouverture de session. L’application semble être mise à jour fréquemment, et des moyens faciles permettent de présenter une rétroaction directement à ses créateurs. L’application ne contenait pas de bogues, même si, à l’occasion, il fallait s’y reprendre à plusieurs reprises pour télécharger les comptes rendus transmis par courrier électronique.

Accessibilité

+-

CatchMyPain est offert en anglais et en français, tant pour Apple que pour Android. Les acquisitions offertes dans l’application, au prix de 3,99 $ chacune, comprennent le suivi du stress, de la fatigue et des conditions météorologiques, ainsi que le système de rappel applicable à la médication précisé ci dessus.

Manage My Pain

3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles

Manage My Pain est conçue pour [TRADUCTION] « suivre, analyser et échanger » les symptômes de la douleur, ce qu’elle permet de faire admirablement, en produisant des comptes rendus clairs et utiles à communiquer aux professionnels de la santé, sans fanfreluches inutiles. Une nouvelle caractéristique utilise une réflexion quotidienne pour retracer les « activités valables ». Cela permet de dépasser le niveau du compte rendu de la douleur et de noter si l’utilisateur est encore capable de s’adonner à des activités valables, ce qui est l’objectif ultime de la gestion de la douleur chronique, dont font souvent abstraction d’autres applications de suivi [5]. L’application ne fournit ni soutien de l’autogestion ni renseignements éducatifs concernant les syndromes précis de la douleur.

Évaluation de l’Application Développer Tout

Caractéristiques

+-

L’une des catégories de suivi particulières est celle des « thérapies inefficaces », ce qui est souvent important, tant pour les patients que pour les fournisseurs, lorsqu’il s’agit de sélectionner de futurs moyens thérapeutiques. La consignation des données particulières du milieu environnant lorsque la douleur se fait sentir peut se révéler un paramètre de suivi utile. En dehors de cela, l’application offre les options de suivi habituelles et des listes personnalisables de symptômes, de médicaments et de traitements.

Efficacité

+-

Plusieurs caractéristiques de l’application ont été conçues conjointement avec une équipe multidisciplinaire possédant de l’expertise dans le traitement de la douleur, notamment des anesthésiologistes, des infirmières praticiennes et des psychologues. De plus, l’application est actuellement visée par une mise à l’essai afin d’évaluer son effet sur la douleur, le fonctionnement, la consommation de médicaments et la satisfaction des utilisateurs. Il sera intrigant de voir ces conclusions.

Facilité d’Utilisation

+-

Compte tenu de sa conception simple, intuitive et claire, qui rend la navigation très facile, Manage My Pain possède l’une des meilleures interfaces. Les fournisseurs de soins de santé apprécieront les comptes rendus utiles, qui sont suffisamment détaillés, mais demeurent concis. Comme cela arrive couramment, l’application Web destinée aux utilisateurs de systèmes intégrés de bureautique (SIB) n’est pas aussi lisse que l’application d’origine et a une caractéristique plus limitée.

Confidentialité et Sécurité

+-

L’application affiche sa politique de confidentialité rédigée en langage clair dès le chargement, ce qui est une approche opportune. Cependant, la politique ne précise pas expressément que les données cumulatives, anonymisées, seront communiquées à des tiers tels que des compagnies pharmaceutiques. Les comptes rendus transmis par courrier électronique exigent d’entrer un mot de passe pour consulter ces renseignements externes à l’application, ce qui permet de s’assurer qu’ils restent entre bonnes mains.

Fiabilité

+-

L’application a été mise à jour au cours des six derniers mois. De façon générale, son utilisation se fait en douceur. Les comptes rendus transmis par courrier électronique sont arrivés quelques minutes après la génération. On peut transmettre une rétroaction aux développeurs par courrier électronique directement au moyen de l’application.

Accessibilité

+-

L’application n’est offerte que sur Android, mais avec la nouvelle application Web on peut aussi y avoir accès au moyen des appareils SIB et des navigateurs de bureau. En plus de l’anglais et du français, l’application est aussi offerte dans cinq autres langues, notamment l’espagnol et le chinois simplifié. Il convient de souligner que l’application Android peut être entièrement utilisée hors ligne, ce qui peut s’avérer utile si la connectivité est limitée. La plupart des utilisateurs estimeront nécessaire de mettre à niveau la version Pro contre 3,99 $, ce qui permet de visualiser plus de 10 dossiers traitant de la douleur. De plus, il peut y avoir des coûts permanents, la génération de certains comptes rendus améliorés pouvant coûter jusqu’à 1,49 $ par compte rendu.

Pain Coach

3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles3.5 toiles

Pain Coach fait partie de l’ensemble des renseignements en ligne sur la santé de WebMD. Cette application contient probablement les ressources les meilleures et les plus approfondies pour ce qui est d’offrir du matériel pédagogique et des conseils en matière d’autogestion de la douleur, quoique les modules de suivi de la douleur et d’établissement d’objectifs soient moins bien élaborés. La majorité des articles informatifs nomment le médecin ou le professionnel de la santé qui a examiné cette section plus particulièrement, ce qui donne de la crédibilité. Cependant, l’application mène aussi au portail du site principal de WebMD, qui semble avoir été examiné moins rigoureusement et cite parfois des sources moins fiables, sans parler du fait que le site Web est truffé d’annonces de produits et de services de santé. Les utilisateurs de cette application devraient être conscients de ce parti pris pour la publicité et du fait que leurs données peuvent être utilisées à des fins commerciales, comme il est indiqué dans la politique de confidentialité.

Évaluation de l’Application Développer Tout

Caractéristiques

+-

Dès l’ouverture de l’application, l’utilisateur peut sélectionner le(s) type(s) de douleur chronique qu’il ou elle éprouve, p. ex., la dorsalgie, la fibromyalgie ou l’arthrite rhumatoïde. L’application présente alors une sélection des renseignements éducatifs les plus pertinents à cet état. L’application permet de retracer les paramètres élémentaires de la douleur, y compris des éléments déclencheurs et des traitements précis, quoiqu’elle ne permette pas de signaler l’emplacement de la douleur, les facteurs aggravants, l’humeur ou les niveaux de fonctionnement généraux. Le module d’établissement d’objectifs ne fait que proposer des objectifs en fonction des types de douleurs ressenties, et ces objectifs sont simplement « atteints » après une période déterminée, ce qui ne présente pas l’efficacité rigoureuse du cadre d’établissement d’objectifs « SMART » [3].

Efficacité

+-

Bien qu’une bonne partie du contenu semble avoir été bien examinée, les limites sont floues entre ce contenu et l’information accessible sur le Web, qui est plus nébuleuse, ce qui peut faire hésiter les médecins à avaliser l’application. Hormis le contenu, on ne sait pas exactement si des données cliniques ont été intégrées au processus de développement. Malgré les fonctions de suivi, les graphiques créés en vue d’être communiqués aux médecins semblent simplifiés à outrance, ce qui peut limiter leur utilité clinique.

Facilité d’Utilisation

+-

Il est très simple de cliquer pour découvrir de nouveaux conseils et renseignements qui visent à améliorer l’état de santé et à réduire la douleur. Ces renseignements sont regroupés en cinq catégories : les traitements, l’humeur, l’alimentation, le repos et l’exercice, l’interface étant simple et claire. Cependant, la mine de renseignements est invariablement présentée par paragraphes rédigés en petits caractères, qu’il devient rapidement fastidieux de lire. Lorsqu’on parcourt la partie de l’application qui est accessible sur le Web, certains écrans se téléchargent de façon erratique et semblent pratiquement conçus pour amener l’utilisateur à cliquer accidentellement sur les annonces.

Confidentialité et Sécurité

+-

Chose importante, l’application présente une politique de confidentialité et un résumé en langage clair visant à la rendre plus compréhensible, bien que la politique n’indique pas que les renseignements recueillis au moyen de l’application sont utilisés à des fins commerciales et publicitaires ciblées. Il n’est pas fait mention de la sécurité des courriels lors de la transmission des comptes rendus par courrier électronique. Comme pour la plupart des autres applications examinées ici, l’utilisateur peut configurer un mot de passe pour restreindre l’utilisation de l’application.

Fiabilité

+-

Il s’agit de l’une des applications, peu nombreuses, dont la dénégation de responsabilité systématique et bien mise en évidence indique que l’application [TRADUCTION] « ne remplace pas les conseils médicaux professionnels » et recommande à l’utilisateur de composer le 911 en cas d’urgence médicale. En règle générale, l’application était facile à utiliser et dépourvue de bogues. De plus, elle comprend un mécanisme simple pour présenter une rétroaction à l’équipe qui a créé l’application.

Accessibilité

+-

Pain Coach est accessible sans frais sur Android et Apple, mais cette application n’est offerte qu’en anglais, malheureusement. Le texte est généralement rédigé à un niveau accessible, mais la petite taille des caractères n’est pas visuellement conviviale pour tous les utilisateurs.

Ce Que Disent Les Experts

Regardez notre entrevue traitant de la douleur chronique avec l’expert conseil en matière de douleur chronique et directeur médical, le Dr Jackie Gardner-Nix.

Les Expériences des Patients

Comme si les plus récentes (2017) directives posologiques canadiennes en matière d’opioïdes – qui encouragent les médecins à éviter les narcotiques puissants dans le cas des patients atteints de douleurs chroniques non cancéreuses – ne suffisaient pas, les nouvelles omniprésentes concernant la crise des opioïdes devraient faire pencher la balance en faveur d’autres médicaments ou de thérapies non pharmaceutiques. Heureusement, lorsqu’il s’agit du soutien non pharmaceutique, il existe des applications pour cela.

Plus précisément, il existe des centaines d’applications pour cela. Étant entendu que la majorité d’entre elles n’ont pas été élaborées avec la collaboration de professionnels des soins de santé et que, par conséquent, les caractéristiques qui seraient idéales pour gérer la douleur leur font défaut (voir nos examens), il est bien établi que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) sur Internet permet d’abaisser passablement les seuils de douleur, d’améliorer le fonctionnement et de réduire les coûts, en comparaison des soins usuels.

C’est la conclusion du Dr Robert Jamison, professeur d’anesthésie et de psychiatrie à l’École de médecine de Harvard et psychologue algologue au Brigham Hospital et au Women’s Hospital. En 2014, le Dr Jamison a affirmé ce qui suit lors de la réunion annuelle de l’American Pain Society : « Les réseaux en ligne, par exemple, peuvent promouvoir la communication, le délassement, l’échange d’information, l’extériorisation et le soutien social. Nous sommes aussi d’avis que les réseaux en ligne ont pour effet de réduire les sentiments de repliement sur soi et d’insuffler la volonté de revenir au traitement ».

Ultérieurement, le Dr Jamison est devenu l’auteur principal de l’étude intitulée A Pilot Comparison of a Smartphone App with or without 2-way Messaging Among Chronic Pain Patients: Who Benefits from a Pain App? Cette étude, publiée dans le numéro de novembre 2016 du Clinical Journal of Pain, a abouti à la conclusion que l’application pour téléphone intelligent visant à gérer la douleur qui avait été élaborée aux fins de l’étude était utilisable, valable, fiable et facilement acceptée, tant chez les patients que chez les fournisseurs. Les patients qui avaient été les moins actifs ont été les plus satisfaits de l’application.

« Il est fort possible que les patients qui sont très actifs et moins handicapés par leur douleur n’aient pas aimé se concentrer sur elle, sur leur sommeil, sur l’entrave à leurs activités ou sur leur humeur, afin de les évaluer continuellement, en comparaison de ceux qui étaient les plus handicapés par leur douleur. Ceux qui pouvaient faire très peu de choses pendant la journée et démontraient une grande perturbation quotidienne de leurs activités semblent apprécier davantage l’application visant à gérer la douleur. Il est fort possible que ces personnes aient tiré un avantage de la communication de leurs données à des membres de leur famille et à leurs fournisseurs. »

En fait, une étude financée par le Conseil norvégien de la recherche a évalué la facilité d’utilisation de « la rétroaction situationnelle écrite en ligne et transmise par téléphone cellulaire ». L’étude a permis d’apprendre que les participants jugeaient la rétroaction utile pour ce qui était de remplir les journaux personnels, parce qu’elle les sensibilisait à leur propre réaction à la douleur et appuyait l’utilisation de stratégies d’adaptation positives. On a estimé que les messages de rétroaction fournis par l’application étaient personnels et pertinents à la situation vécue, puisqu’ils comportaient une combinaison appropriée d’éloge, d’encouragement et d’exercices de TCC.

Une participante a affirmé qu’elle avait le sentiment de pouvoir être plus honnête en remplissant les journaux qu’elle ne l’aurait été en personne. Une autre a dit qu’à son avis, l’intervention l’avait motivée et aidée à assimiler ce qu’elle avait appris dans un centre de réadaptation, en concluant que cela aidait à établir un nouveau comportement lié à la santé.

Références

  1. Moulin et coll. « Pharmacological management of chronic neuropathic pain: Revised consensus statement from the Canadian Pain Society », dans Pain Res Manag, vol. 19, no 6, 2015, p. 328 335.
  2. Kahan et coll. « Canadian guideline for safe and effective use of opioids for chronic noncancer pain », dans CFP, vol. 57, 2011, p. 1257 1266.
  3. Stinson et coll. « iCanCope with Pain: User-centred design of a web- and mobile-based self-management program for youth with chronic pain based on identified health care needs, dans Pain Res Manag, vol. 19, no 5, 2014, p. 257 265.
  4. Lalloo et coll. « There’s a Pain App for That », dans Clin J Pain, vol. 31, 2015, p. 557 563.
  5. Rini et coll. « Meeting them where they are: Using the INternet to deliver behavioral medicine interventions for pain », dans TBM, 2012, vol. 2, p. 82 92.
Revenir à tous les sujets